fearextractionpointIl y a à peine plus d'un an, Monolith Productions sortait F.E.A.R., leur shooter attendu comme le messie par les joueurs. Graphismes splendides, scénarisation au poil, le jeu était un petit régal, aussi bien en multijoueur qu'en solo, malgré quelques lourdeurs du level design qui nous faisaient passer la moitié de l'aventure dans des bureaux.

Et voici qu'arrive, tout droit sorti des studios Timegate, son addon qui reprend l'aventure exactement là où on l'avait laissée, c'est-à-dire au milieu d'un gros bordel.



No one dies forever (attention spoiler)
L'intro d'Extraction Point nous rafraîchit rapidement la mémoire : une explosion nucléaire, on est miraculeusement secouru par deux collègues survivants en hélico. Fettel, le grand vilain, est mort, tout comme une grande partie des personnages. Alors que l'hélicoptère s'éloigne de l'explosion et qu'on se croit sauvé, Alma surgit et fait crasher l'appareil. On se réveille dans les décombres d'un immeuble, il est temps de se sortir de là. Dans les rues, les clones de Fettel sont là, debout, inertes, enfin... inertes jusqu'à ce qu'Alma ressuscite Fettel pour une nouvelle séance de panpan t'es mort avec du bullet time.

Nous voilà donc repartis pour de nouvelles aventures. Première constatation : c'est varié. Dans la première demie heure de jeu, on va tour à tour visiter des décombres, une rue, une église et des catacombes, et ce n'est que le début. Certains niveaux semblent tout droit sortis des anciennes productions de Monolith : l'église qui ressemble fortement à celle de Blood, la station de métro à la Blood 2 ou Condemned... Finis les bureaux ! Place à la variété. Le Jupiter EX, moteur graphique de F.E.A.R., est toujours aussi beau et le tout est assez bien optimisé, ce qui permet au titre de tourner gentiment sur les configurations moyennes. La réalisation est dans la lignée du jeu original : très propre.

fearextractionpoint fearextractionpoint fearextractionpoint

Good ? Bad ? I'm the guy with the gun
Bon et il n'y a pas que les niveaux qui sont nouveaux, on trouve aussi quelques flingues : Le fusil-laser-qui-démembre, la mini tourelle de tir déployable, et, bien sûr, la gatling qui fait des dégâts considérables. L'utilisation de cette dernière nous confère un sentiment de puissance très appréciable, tellement qu'on ne peut pas s'empêcher d'activer le bullet-time pour constater au ralenti ses effets dévastateurs sur le décor (qui désormais perd des morceaux) ou les ennemis. Tant qu'on y est, il y a aussi quelques nouveaux vilains, comme l'ED-209 puissance 10, un espèce de gros robot muni d'un lance-roquettes, le CRS à la gatling, et aussi les nouveaux fantômes d'Alma, translucides, tout à fait réussis. L'IA est toujours aussi excellente et les ennemis ont gagné en agressivité.

Pour revenir sur les niveaux, il n'y a pas que leur variété d'appréciable, mais aussi leur taille. Ils sont la plupart du temps assez gigantesques et on passe facilement 30-45 minutes sans le moindre temps de chargement. Au niveau purement design, là où F.E.A.R. privilégiait les espaces fermés, Extraction Point propose des zones beaucoup plus vastes et ouvertes. Ajoutez à ça l'IA plus méchante et les gros flingues qui font boum boum, ça donne des scènes de baston assez mémorables et globalement plus longues et plus difficiles qu'avant. Seul point négatif du jeu : environ 5 ou 6 heures pour en faire le tour, et pas de multijoueur pour rattraper le coup. Oui c'est maigre. Mais putain, qu'est-ce que c'est bon. Pour peu qu'on s'intéresse à l'histoire, on s'éclate à voir souffrir les personnages torturés (scénaristes : fumiers !) tout au long du scénario, jusqu'à la dernière seconde de jeu.

fearextractionpoint fearextractionpoint fearextractionpoint

Une extension qui en donne
F.E.A.R. Extraction Point continue l'aventure solo de F.E.A.R. avec brio en reprenant les ingrédients qui avaient fait du jeu original un gros succès critique tout en en améliorant certains aspects. Indispensable pour les fans.
par Ouamdu 7 commentaires, dernier par kanabistro
Partager

Commentaires

Grounch

Gros Membre
Nb msg : 1068
(#1) 20 octobre 2006 à 22h47
Beau test. Sa donne envie d'y jouer
Hubert

Faignasse
Nb msg : 1659
(#2) 20 octobre 2006 à 23h23
Prochain achat ?
monkichi

Membre
Nb msg : 81
(#3) 21 octobre 2006 à 03h51
ACHAT OBLIGE !!!!
utr_dragon

Rédacteur en Chef/Dieu
Nb msg : 2481
(#4) 21 octobre 2006 à 11h01
La grande question c'est : Est-ce que les points obscurs du scénario du jeu original sont élucidés dans cet add-on?
No comment !
groove_salad

Nouveau
Nb msg : 4
(#5) 22 octobre 2006 à 14h48
Ouaih, bon test, ça m'a donné envie de l'acheter en tout cas.
Zork

Webmaster
Nb msg : 1845
(#6) 22 octobre 2006 à 15h21
Dommage que nous ne le vendions pas.
Webmaster et fanboy id Software.
kanabistro

Membre
Nb msg : 15
(#7) 09 novembre 2006 à 17h22
Alors en faites si cette addons payant n'est pas sortie en même temps que FEAR (donc avoir une histoire compléte) c'est juste parceque la totalité des donnés ne seraient jamais rentrés dans une seule galette DVD et que ça coutait trop une boite avec 2 skeud DVD voir un BRD ou un HDDVD...
Ca tient la route ?

C'est la même analyse (plus anal ke lisible) que j'ai fait avec Prey (pour ceux ki sont allés jusqu'a la fin).

Bon sinon FEAR j'aime pas c beau mais j'accroche pas à leur gunfights perrave ni leurs armes (surtout leur phisiques) donc du coup après avoir finis FEAR g delete devant la pauvreté du multi
Mais ça foutais bien les boulles quand même... enfin quand à force de voir des bureaux trop moche on arriver quand même à s'immerger dans la peau du héros...
www.pmods.net
[!] Commentaires fermés pour cette nouvelle.

Séries populaires de jeux FPS : Battlefield, Call of Duty, Doom, Duke Nukem, Far Cry, F.E.A.R., Ghost Recon, Half-Life, Hitman, Medal of Honor, Postal, Quake, Unreal, Vietcong, Wolfenstein. - Séries populaires de jeux TPS : Splinter cell, SOCOM, Metal Gear - Voir aussi : Crysis, S.T.A.L.K.E.R.: Shadow of Chernobyl, Prey, Left 4 dead, Killzone 2,Team Fortress 2
ZeDen.net © Copyright 2001-2010. Tous droits réservés. / 35 requêtes SQL en 0.0074 secondes.
Reproduction totale ou partielle interdite sans l'autorisation des auteurs. - Mentions Légales