2 novembre 2012, 06h00 Icone Dishonored

ZeDen teste Dishonored

Corvo va-t-il venger son honneur ?
Le studio Lyonnais Arkane Studios a déjà prouvé avec Dark Messiah of Might and Magic, sorti en 2006, qu'il savait développer des FPS. Après un jeu annulé et de la sous-traitance, le studio a été racheté par ZeniMax Media en 2010 et a annoncé dans la foulée Dishonored : un FPS à monde ouvert avec une forte composante d'infiltration, à l'instar de la série Thief ou de Deus Ex. Mais Dishonored s'appuie également sur un univers original et un style visuel qui lui est propre. Le FPS le plus attendu de l'année par la rédaction de ZeDen tient-il toutes ses promesses ? Réponses dans notre test.

Y-a-t-il un tueur à Dunwall ?

Dishonored ne ressemble a rien de ce que vous connaissez
Dans Dishonored, vous incarnez Corvo Attano, le protecteur de l’Impératrice, qui rentre d'une mission spéciale dans les colonies où la peste se répand. Ce dernier aura a peine le temps de faire son rapport de mission qu'il va assister impuissant au meurtre de sa protégée sous ses yeux et à l'enlèvement de sa fille, l'héritière du trône. Accusé à tort de l’assassinat de cette dernière et faisant face à une terrible conspiration, Corvo va être emprisonné et exécuté pour un crime qu'il n'a pas commis. Mais pendant qu'il croupit dans les geôles sordides de la cité de Dunwall, la capitale de l'Empire, Corvo va recevoir l'aide d'un mystérieux groupe de loyalistes restés fidèles à l'impératrice et voulant remettre la dauphine sur le trône, en lieu et place de l'infâme conspirateur qui l'a usurpé par ce coup de force.

Le centre de commandement des rebelles est un pub dans une zone de la ville désertée par les forces de l'ordre. C'est dans ce quartier que s'est installée la rébellion contre l'empire et de là que vous allez partir en mission. Car en tant que dernier rempart du monde libre, vous allez vous dresser contre l'oppresseur, et de la plus belle manière : par le sang. Ou pas d'ailleurs, car la richesse de Dishonored est de vous laisser faire les missions comme bon vous semble.

Tuer or not tuer, telle est la question

Si votre truc c'est l'infiltration, vous allez vous régaler
Dishonored propose en effet de traverser de jeu de la façon que vous souhaitez, et ce n’est pas seulement des mots en l'air : vous pouvez réellement terminer le jeu sans tuer personne, y compris vos cibles principales. C'est là toute la subtilité du jeu, que de donner des objectifs, proposer un terrain de jeu de la taille d'un quartier de ville et de vous laisser vous débrouiller. En général, vous serez débarqué en bateau sur la rive d'un fleuve, à vous ensuite de rejoindre votre objectif. Les PNJ vous donneront quelques conseils, mais sans jamais imposer de chemin ou de méthode à suivre. Je parlais de quartier de ville, on est en effet loin d'un GTA, mais il s'agit d'un quartier en entier : égouts, sous-sol, bâtiments, toits, rues, balcons, etc. Le level design est assez travaillé, même si l'on arrive bien souvent à repérer les ficelles laissées par les développeurs. C'est ainsi que si vous avez un bâtiment en face de vous avec uniquement quelques fenêtres ouvertes, ne cherchez pas, les fermées ne pourront pas s'ouvrir, et c'est la même chose pour les portes. Par contre, une fois dans les bâtiments, toutes les portes peuvent être ouvertes... A condition de posséder les bonnes clés ou de trouver le moyen de contourner les systèmes de sécurité. A ce titre, écouter les conversations des personnages est un bon moyen de trouver des chemins alternatifs ou des voies détournées pour arriver à ses fins. Dans Déshonoré, en bon français, vous pourrez aussi laver votre honneur sans tuer qui que ce soit, mais attention cet objectif n'est pas facilement atteignable. En effet, il ne suffira pas d'endormir un garde pour que celui-ci ne soit pas comptabilisé dans les morts, il faudra ensuite bien prendre soin de sa petite carcasse, car si vous lancez une flèche empoisonnée sur un ennemi et que celui-ci se trouve au bord d'une falaise ou d'un précipice, il pourrait bien tomber et donc réduire à néant vos efforts pour mener une vie pacifique remplie de cœurs et d'amour de son prochain. Attention également aux rats, puisqu'on vous a dit que la peste ravage la ville, les infâmes rongeurs sont partout, et ils sont particulièrement voraces ! Ne laissez pas trop traîner les cadavres par terre, ces derniers pourraient bien se faire dévorer par des rats.

L'art du bourrinage

Si votre truc ce n'est pas l'infiltration, vous allez vous régaler aussi
Si l'infiltration, ce n'est pas spécialement votre truc, vous aurez également à votre disposition tout un arsenal d'armes et de pouvoirs magiques pour arriver à vos fins. Corvo est plutôt fragile, et les ennemis sont loin d'êtres abrutis, ce ne sera donc pas une ballade de santé pour autant. Sachez néanmoins que les combats sont bien rendus, le feeling des armes est très réussi. Il faudra en général mêler pouvoirs magiques et armes blanches ou à feu pour vous sortir de certaines situations complexes, car face à un groupe d'ennemis, l'enjeu est de taille, même pour un assassin chevronné. Repousser les ennemis avec une bourrasque de vent, puis vous téléporter sur un toit pour ensuite sniper à l’arbalète ? C'est possible, mais vous auriez aussi pu ralentir le temps, jeter une grenade aux pieds de vos assaillants avant de vous enfuir comme un lâche. Voire même, si vous avez été prévoyant, vous avez pu au préalable retourner les systèmes de sécurité contre les ennemis et les attirer dans un piège. Vous l'aurez compris, les possibilités sont quasiment infinies et la seule contrainte est votre inventivité. A vous de trouver les bonnes combinaisons, les bons moyens de tuer, de trouver votre voie. Pour ma part, j'ai toujours joué infiltration en début de partie, histoire de tâter le terrain, de voir comment ça se présente et d'assumer si on me repère, en terminant la mission de manière moins délicate en fonçant dans le tas.

Un melting pot d'influences, mais bien plus encore

Dunwall a des airs de City 17
Pour le comparer à la concurrence, Dishonored, serait un mélange de titres comme Thief pour l'infiltration, Deus Ex pour les mécaniques de gameplay et BioShock pour le travail sur l'univers. Mais la force de Dishonored, c'est justement ce mélange des genres qui le place définitivement au-dessus de la mêlée. Force est de constater que dans la cité fictive à forte tendance visuelle napoléo-british Dunwall, tout vous invite à la découverte, à la contemplation et à l'écoute. Car lire les bouquins qui traînent ou écouter des conversations pourra vous donner l'occasion de résoudre une énigme, ouvrir un coffre ou contourner telle ou telle sécurité facilement, mais également d'apprécier la richesse de l'univers créé par les développeurs. Les niveaux sont bourrés d'éléments visuels très travaillés et des quartiers délabrés de Bottle Street en passant par la maison close du Golden Cat, rien n'est laissé au hasard dans le jeu, les niveaux étant inspirés d'une cité industrielle du XIXe siècle à laquelle on aurait collé une ambiance faisant indéniablement penser à une certaine City 17. Notons également un character design particulièrement soigné, y compris pour les personnages secondaires, chaque personnage du jeu ayant été soigné. Vous ne serez pas dans l'attaque des clônes, chaque personnage que vous rencontrerez dans le jeu aura son histoire écrite sur son visage. Sur la version Xbox 360 que nous avons testée, certaines textures étaient un peu baveuses, mais cela n'enlève pas grand chose aux qualités intrinsèques du titre. Toutefois, si vous avez le choix, préférez la version PC, ce ne serait-ce que pour ses contrôles et son interface améliorés.

Conclusion

Développé par Arkane Studio, Dishonored est sans aucun doute le meilleur FPS solo de l'année, et je pourrais même me risquer à dire d'affirmer que c'est le meilleur FPS solo depuis un lustre. Doté d'un univers original et particulièrement travaillé, Dishonored n'en est pas moins un jeu aux mécaniques parfaitement ajustées, qui laisse une très grande liberté au joueur. Avec une durée de vie d'une vingtaine d'heures et une rejouabilité immense, le titre est vraiment un monument, d'autant que l'ambiance graphique et sonore sont également très réussies.

Produit recommandé par ZeDen


par utr_dragon 2 commentaires, dernier par utr_dragon
Partager

Commentaires

Zhao

L'Oréal
Nb msg : 462
(#1) 02 novembre 2012 à 15h51
Je ne me suis jamais beaucoup intéressé à son développement ni à sa sortie mais vu le test, je me laisserai bien tenter, surement lors de sa première solde sur steam ^^

Mais je suis vraiment surpris de toutes les influences et idées mélangées dans ce jeu et qui marche en plus.
La paix par la force. La liberté par les armes. L’obéissance par la peur.
utr_dragon

Rédacteur en Chef/Dieu
Nb msg : 2481
(#2) 03 novembre 2012 à 15h17
Je le recommande chaudement, c'est un excellent jeu. Très rafraichissant, avec un gameplay vraiment jouissif.
No comment !
Héberger mes images en un clic

Commenter

Les commentaires sont fermés aux non membres. Pour poster un commentaire, créez un compte membre : c'est simple et gratuit !


Séries populaires de jeux FPS : Battlefield, Call of Duty, Doom, Duke Nukem, Far Cry, F.E.A.R., Ghost Recon, Half-Life, Hitman, Medal of Honor, Postal, Quake, Unreal, Vietcong, Wolfenstein. - Séries populaires de jeux TPS : Splinter cell, SOCOM, Metal Gear - Voir aussi : Crysis, S.T.A.L.K.E.R.: Shadow of Chernobyl, Prey, Left 4 dead, Killzone 2,Team Fortress 2
ZeDen.net © Copyright 2001-2010. Tous droits réservés. / 20 requêtes SQL en 0.0063 secondes.
Reproduction totale ou partielle interdite sans l'autorisation des auteurs. - Mentions Légales