The War Z , comme DayZ mais en mieux ?
Cette année, s'il y a bien un mod qui a fait sensation, c'est DayZ. Il s'agit d'un jeu open-world post-apo peuplé de zombies, dans lequel le but est simplement de survivre. Si le mod a changé récemment de statut pour devenir un jeu commercial à part entière, il a toutefois eu le temps de faire des émules. Il faut dire qu'avec son million de joueurs inscrits, il y avait de quoi faire des jaloux. Difficile donc dans The War Z de ne pas voir autre chose qu'un jeu surfant sur la tendance. Actuellement en phase d'alpha test, le titre se présente à la frontière entre le MMO et le shooter, puisqu'il se déroule dans un monde post-apocalyptique infesté de zombies sur des serveurs pouvant aller jusqu'à 250 personnes. Le titre d'Hammerpoint Interactive réussi-t-il à égaler le mod ? Premier éléments de réponse dans cet article.

L'enfer, c'est les autres

Attention aux autres joueurs en ville
The War Z mise sur une orientation moins hardcore et quelques améliorations pour pouvoir séduire les fans de DayZ, voire même les déçus de DayZ. Pourtant, après quelques heures de jeu au compteur, on peut d'ores et déjà affirmer que le jeu souffre des mêmes défauts que DayZ... Le jeu vous lâche dans l'univers sans autre équipement qu'une lampe torche, un sac à dos et de quoi vaguement se restaurer. A partir de là, le joueur devra survivre sur un large territoire où la quasi-totalité des habitants sont désormais des zombies mangeurs de chair et le reste de ses homologues humains, sont très largement portés sur le meurtre pour voler des barres chocolatées. Car c'est bien là le principal défaut du jeu : les joueurs s'entretuent. Ou en tout cas, ils se sont passé le mot pour m'entretuer. Car j'en ai bouffé pendant ces quelques heures de jeu. Mon premier personnage était un mec, bien carré. Les options de personnalisation de son personnage son assez basiques, et il faudra donc composer sur quelques visages (plus ou moins moches) et différentes couleurs de vêtement. Comme j'en ai dans le slip, j'ai commencé directement en mode hardcore. Dans ce mode de jeu, dès que notre personnage meurt, il est définitivement perdu. Pas le temps d'aller dans le browser, je lance une partie rapide. J'arrive dans le jeu après un temps de chargement interminable, et je meurs. Oui, un joueur faisant du kill-respawn avec un fusil d'assaut. Sympa. Avec mon premier personnage perdu, je me dirige vers l'interface de création qui permet d'avoir cinq personnages. Je me crée une fille, je prends soin de me mettre en mode normal, et de choisir mon serveur. J'arrive sur un serveur européen, je suis remonté, mais confiant dans l'humanité. Je respawn dans une zone sûre (il y en a trois sur la map) et justement, un autre joueur se trouve là. Il semble me faire signe avec sa lampe de poche, je le suis et nous commençons à courir ensemble hors de la zone. Une fois cette dernière quittée, il me laisse passer devant, puis sort un marteau et me défonce dans le dos. Ok, super utile de tuer un joueur au spawn qui est à poil. Jolie mentalité. Comme il faut attendre une heure avant de respawn, je me crée un nouveau personnage...

Kill the dead, fear the living

Graphiquement, le jeu peu être sympa, mais animations et textures sont ratées
Et cette fois-ci, ce sera la bonne. Je réapparais dans la campagne, loin de tout. Mon premier objectif est de trouver une arme. Étant près d'une route, je décide de la suivre, tout en restant dans le sous-bois. Bonne technique, vu que je tombe rapidement sur une maison avec une caravane pourrie garée dans le jardin. La maison est fermée, comme la majorité des bâtiments que vous trouverez dans le monde, mais la caravane est accessible. J'y entre pour trouver une bouteille d'eau et de la bouffe. Le début de la survie. Car vous avez dans le jeu deux indicateurs, l'un de nourriture et l'autre de soif, que vous devrez veiller à garder vers le haut, pour ne pas mourir bêtement. Rapidement, je trouve un marteau, qui se révèlera être un allié de choix. Les zombies sont en effet totalement inoffensifs, leur IA étant inexistante. Ils avancent en grognant, et c'est à peu près tout. Il suffit de leur marteler la tête, ils ne bougeront pas. D'ailleurs, certains zombies nécessitent au moins 65 coups de marteau et d'autres que 5, sans que l'on sache réellement ce qui les différencie (un bug sans doute). A partir de là, on évolue en ayant moins peur, sachant que chaque zombie pris en individuel ne vous fera pas de mal. Tant que vous n'avez pas d'arme, il ne faut pas approcher les zombies ni les autres joueurs, quand vous en avez une, vous ne devez craindre que les joueurs. Car encore une fois, les joueurs sont de gros boulets qui ne pensent qu'à s'entretuer, ce qui est assez pénible et, de fait, peu valorisant. Avec mon marteau, j'ai aidé un joueur qui venait de respawn (qui était donc sans armes) et était bloqué en haut d'un mur avec des zombies à ses pieds. Je dézingue les zombies, lui indique où trouver un marteau, on commence à se mettre en route, et on est tués tous les deux par un joueur embusqué : 2 heures de jeu (c'est à dire de marche à pied fastidieuse) perdues.

The War ZzzzZzzz

Vous allez bouffer du vide
Petit à petit le jeu se peaufine et des fonctions supplémentaires sont progressivement ajoutées. Les développeurs continuent d'ajouter des fonctionnalités, mais à l'heure actuelle, le jeu est encore loin d'une version finale. Sachez-le, car mis à part la survie, vous n'aurez pas grand-chose à faire. Les épidémies (qui nécessitent des vaccins) ne sont pas encore implantées, les missions (que l'on récupère via des notes laissées dans le jeu) non plus, etc. De plus, on assiste à certaines pratiques très limite comme du kill-respawn (c'est sale, mais passons) ou encore du cheat (et ça dur, de passer dessus) avec des joueurs qui pourrissent le jeu sur certains serveurs en usant et abusant de glitch en tout genre.

Les mois à venir seront donc cruciaux pour The War Z avec l'implémentation des fonctionnalités qui permettront de vraiment enrichir le gameplay et d'équilibrer l'ensemble. Avec la gestion des infections après morsure, la nécessité des vaccins, la possibilité de construire des barricades, la location des serveurs pour créer des forteresses ou encore la gestion des missions et des avis de recherche. Car pour le moment, c'est désespérément vide et la communauté n'incite absolument pas à vouloir découvrir l'univers plus avant. Pourtant, cette dernière est absolument pléthorique, et j'ai rarement vu un jeu en bêta possédant autant de joueurs et autant de serveurs. Tous les joueurs errent sans véritable but, et du coup se consolent en massacrant à l'arme automatique des joueurs désarmés. Pourtant on prend du plaisir à rester en vie, mais il faudra alors se fixer ses propres objectifs (nettoyer un lieu au marteau, ne pas se faire repérer dans une ville, etc.) sous peine de voir l'ennui poindre. En somme, les développeurs ont toutes les cartes en main pour transformer leur jeu de simple expérience post-apo à vrai jeu impliquant les joueurs (le fameux côté MMO qui devait faire la différence, mais qui est inexistant à l'heure actuelle).
par utr_dragon 2 commentaires, dernier par utr_dragon
Partager

Commentaires

Daenerys

Vidéo Gonzo
Nb msg : 232
(#1) 26 novembre 2012 à 11h12
Alors en gros ils ont oubliés deux zz dans le titre, pour que cela décrive mieux le produit et l'immersion que l'on aura dans le jeu.
utr_dragon

Rédacteur en Chef/Dieu
Nb msg : 2481
(#2) 27 novembre 2012 à 20h13
Ahaha, t'es meilleur que moi pour les titres. Je vais éditer tiens.
No comment !
Héberger mes images en un clic

Commenter

Les commentaires sont fermés aux non membres. Pour poster un commentaire, créez un compte membre : c'est simple et gratuit !


Séries populaires de jeux FPS : Battlefield, Call of Duty, Doom, Duke Nukem, Far Cry, F.E.A.R., Ghost Recon, Half-Life, Hitman, Medal of Honor, Postal, Quake, Unreal, Vietcong, Wolfenstein. - Séries populaires de jeux TPS : Splinter cell, SOCOM, Metal Gear - Voir aussi : Crysis, S.T.A.L.K.E.R.: Shadow of Chernobyl, Prey, Left 4 dead, Killzone 2,Team Fortress 2
ZeDen.net © Copyright 2001-2010. Tous droits réservés. / 20 requêtes SQL en 0.0065 secondes.
Reproduction totale ou partielle interdite sans l'autorisation des auteurs. - Mentions Légales