Attendez-vous à quelque chose d'exceptionnel
Après deux épisodes sous-marins, BioShock est de retour pour un troisième épisode intitulé BioShock Infinite, et qui propose une aventure radicalement différente de ses illustres prédécesseurs. Exit la cité sous-marine de Rapture, cet opus vous entraine tout droit la tête dans les nuages dans un univers mené par Ken Levine, le directeur artistique du premier opus qui est de retour pour nous offrir un FPS intelligent, scénarisé et magnifique. On espérait le jeu beau, magique, bien réalisé, ce troisième BioShock l'est bien plus encore. Découvrons ensemble le cadeau de 2K Games, une œuvre d'art sans égal qui risque de bouleverser vos sens et votre idée du jeu vidéo.

Un scénario sans équivoque

Le prophète Comstock, adorez-le ou détestez-le
Il m'est difficile de savoir par où commencer tant ce jeu regorge d’innombrables qualités, alors commençons par le commencement. Vous êtes Booker Dewitt, un homme impitoyable qui a pour mission de kidnapper une jeune fille du nom d'Elizabeth pour rembourser ses dettes. Le jeu démarre dans une église : symboles religieux, statues honorifiques et vitraux minutieusement travaillés rendront grâce de la beauté du titre. Dix minutes plus tard vous vous retrouvez face aux décors splendides de Monument Island, nous sommes en 1912 et c'est la fête dans cet endroit magique où l'on vénère le prophète ComStock.

Les pouvoirs d'un Dieu

Combat contre un « handyman », l'ennemi le plus imposant
Vous l'aurez compris vous n'êtes pas le bienvenue à Columbia, kidnappeur de la fille du prophète et perturbateur indiscipliné, vous vous retrouvez à devoir affronter les révolutionnaires (la vox populi) et les forces de l'ordre. Vous disposez d'un arsenal complet : fusil à pompe, mitraillette, lance-roquettes, sniper, etc. Ces armes sont toutes efficaces, avec un vrai feeling, et vous aurez à les choisir-les en fonction de l'espace de combat. Vos ennemis sont très généreux, ramassez leurs armes pour les utiliser contre eux ! Vous ne pouvez transporter que deux armes à la fois mais ne vous inquiétez pas, il existe des centaines de façons d'étriper vos adversaires. En effet, à l'instar des précédents opus, vous disposez également de « toniques », ces boissons vous permettant d'acquérir des pouvoirs parmi lesquels on trouve pêle-mêle boules de feu, décharges électriques, corbeaux meurtriers, etc. Personnellement, j'ai un petit faible pour le pouvoir de la « déferlante » permettant de paralyser vos ennemis en l'air (très graphique). L'utilisation de ces pouvoirs est limitée puisqu'ils consomment des cristaux, ceux-ci sont matérialisés par une jauge bleue qui diminue au fur et à mesure de votre consommation. Toutes ces armes et capacités sont modifiables, vous pourrez acheter quelques améliorations aux distributeurs contre des aigles d'argent, la monnaie locale. Mais attention, devenir plus fort ce n'est pas donné, mais heureusement que l'exploration vous donnera du fil à retordre pour trouver quelques aigles d'argent supplémentaires.

Ignorez la gravité

Naviguez dans les airs avec le « sky hook »
Votre seule et unique arme blanche s'appelle le « sky hook », elle est aussi meurtrière qu'une épée laser dans Halo et aussi utile qu'un Boeing 747. Je m'explique, BioShock Infinite apporte quelque chose de jamais vu dans le monde des jeux vidéo : le déplacement par aérotram. Ces rails, permettant de faire rouler des locomotives volantes, seront votre mode de transport favori. Capable de faire des sauts vraiment vertigineux et de s'accrocher de rails en rails Booker Dewitt vous offrira une sensation de vitesse et de liberté totalement inédite. D'autant que faire du 100km/h pour au final avoir l'élan suffisant pour exploser le crâne d'un ennemi au sky hook : rien de plus jouissif ! On en demandait pas tant et pourtant ce jeu impressionne de précision, chacune des idées d'Irrational Games aboutit parfaitement, ni bug, ni approximation, ni aucune erreur de réalisation ne sera à déplorer dans ce BioShock.

L'exploration, parlons-en

Les « Lutèce », qui sont-ils ? Pourquoi vous suivent-ils ?
Lorsque vous attaquez BioShock Infinite vous comprendrez rapidement que l'exploration est l'un des points forts du jeu (parmi tant d'autres). Chaque recoin possède des trésors : à l’intérieur des tonneaux, des poubelles, des tiroirs de bureaux, vous trouverez toujours un peu d'argent ou un morceau de pain pour vous rétablir. Kinétoscopes et autres voxophones vous en apprendront plus sur l'histoire, les récupérer tous rallongent durablement la durée du Titre. Cela en vaut la peine puisque pour comprendre parfaitement le scénario quelques petites indications supplémentaires ne seront pas de trop. Parlons un peu des équipements, ils ne sont pas simples à trouver mais s'avèrent être des atouts majeurs en phase de combat. Par exemple, vous avez l'équipement qui vous permet de faire plus de dégâts en enchainant les frags, ou encore celui qui paralyse votre adversaire lorsqu'il vous touche au corps à corps. Même si vous ne pouvez en avoir que quatre à la fois on a envie de les collectionner afin d'en découvrir tous les effets. Les infusions ont, elles, un rôle décisif dans l'aventure puisqu'elles permettent d'augmenter votre, vie, votre bouclier ou votre jauge de cristaux. Le jeu peut se terminer en une quinzaine d'heures, mais il serait blasphématoire de ne pas le savourer. Je vous invite donc à rechercher tous les équipements, infusions, bonus et autres afin d'en profiter au maximum. Mais à la seconde où vous finirez ce jeu vous aurez de toute façon envie de le refaire en mode 1999 (le nom du mode hardcore), tellement c'est bon.

Tombez amoureux dans BioShock !

Un lien mystique vous unit à cette jeune fille, mais qui est-elle vraiment ?
Vous l'aurez sans doute remarqué, l'histoire tourne autour de trois personnages principaux : Booker Dewitt (notre héros), le prophète Comstock (l'ennemi juré) et Elizabeth. Cette dernière est un personnage extrêmement intéressant qui s'avère avoir une destinée beaucoup plus complexe que celle prévue au départ (un objet d'échange). Elizabeth est attachante, elle a des rêves, des secrets, des envies de liberté, Irrational Games lui fait interpréter une palette d'émotions très diverse. Intelligente, réfléchie et très jolie c'est bien simple on voudrait tous se marier avec. Son rôle s'avère primordiale en phase de combat, elle vous trouve des munitions, des cristaux et des kits de soins qu'elle vous lance en général au moment où vous en avez le plus besoin. Elle peut aussi activer des mécanismes comme des canons automatiques ou des dyptères qui combattront pour vous. Hors combat elle est capable de crocheter des portes qui vous mèneront vers des trésors où vous feront poursuivre l'aventure, parfois elle vous trouve même de l'argent, la femme parfaite vous dis-je ! Enfin, Elizabeth est capable d'ouvrir des failles spatio-temporelles, vous serez par ailleurs amener à voyager dans le temps afin de comprendre l'origine des personnages et du monde qui vous entoure.

Beau choc

Vous vous relèverez difficilement du paysage de Columbia
Les mots me manquent pour vous témoigner de mon incommensurable admiration pour le travail artistique accompli sur le jeu. On se trouve face à un jeu qui assume totalement sa patte graphique, qui n'est pas réaliste, mais tombe en adéquation totale avec l'environnement. La particularité première de BioShock Infinite, c'est cette sensation d'immensité. Vous vous retrouvez à Columbia, ville céleste au style « Neo-British industriel » où l'on vous impose des constructions somptueuses et gigantesques avec des statues, des tours, des moulins qui s'étendent à l'infini. La perspective a été magistralement réussie par les développeurs, on est dans un jeu vidéo mais le level design a dû être conceptualisé dans un rêve, du jamais vu. La partie technique est assurée par l'Unreal Engine 3, qui fait assurément le travail en proposant un titre propre exempt de bugs.

L'unique défaut

Quelques notes de jazz viendront égayer les coins les plus tranquilles
Garry Schyman le compositeur des deux précédents volets est de retour pour notre plus grand plaisir. Qui dit grand jeu, dit grandes musiques. Mais surtout le titre sait nous mettre dans l'ambiance, par exemple dans la scène critique où votre héros doit trouver Elizabeth dans une immense tour qui explose juste après l'avoir récupérée. La composition s'agrémente de quelques titres classiques, du Mozart et du Chopin pour pouvoir coller à l'ambiance religieuse entre quelques phases de shoots. Vous serez souvent amené à discuter avec Elizabeth dans un ascenseur ou une petite pièce, ces moments particuliers où la demoiselle vous donne son ressenti vous amèneront à éprouver de l'empathie pour elle. D'ailleurs si je devais accorder un défaut au jeu ce serait le lip-sync, en effet le mouvement des lèvres n'est parfois pas très bien synchronisé avec la voix des personnages, le doublage est quant à lui tout simplement parfait.

Conclusion

Si l'on devrait qualifier BioShock Infinite en un simple mot, nous dirions "chef d’œuvre", car il s'agit en effet d'un objet vidéo-ludique à inscrire au panthéon de l'art contemporain, un jeu qui vous plaira forcement et qui vous marquera de la même façon. De tous les titres auxquels j'ai pu jouer, jamais un scénario ne m'avait à ce point coupé le souffle. La trame scénaristique vous emmène dans un autre monde et même dans plusieurs mondes et l'on comprend alors le titre du jeu. Époustouflant, fantastique et parfaitement réalisé BioShock Infinite serait-il le meilleur jeu de tous les temps ?

Produit recommandé par ZeDen


par Link 6 commentaires, dernier par utr_dragon
Partager

Commentaires

Xpierrot

Responsable Hardware de Zeden
Nb msg : 1496
(#1) 09 avril 2013 à 13h28
ça donne méchamment envie !
Marchez doucement car vous marchez sur mes rêves
Daenerys

Vidéo Gonzo
Nb msg : 232
(#2) 09 avril 2013 à 15h12
Pas encore essayé, j'attendrais une grosse promo un jour.
Mais je pensais que le titre serait moins réussi avant sa sortie.
SuperTaupe

ex-Rédacteur HW
Nb msg : 111
(#3) 09 avril 2013 à 17h53
Perso je suis moins entousiaste que Link. J'ai trouvé les musiques moins bien que ce qu'elles aurait puent, l'histoire est téléphonée du début à la fin. Et durée de vie très courte, j'ai mis 8 h pour le finir, en prenant tout mon temps. 50€ pour ça, c'est cher. Pas de mode multi, uniquement le mode histoire.
The right man in the wrong place can make all the difference
Zhao

L'Oréal
Nb msg : 462
(#4) 09 avril 2013 à 19h30
Grace à ce test, tu viens de me donner une envie monstre de l'acheter.
Je viens juste de terminer Tomb Raiser, ça tombe bien pour commencer un autre chef d'oeuvre.
La paix par la force. La liberté par les armes. L’obéissance par la peur.
KoOpa

Pilleur de buffets
Nb msg : 20
(#5) 10 avril 2013 à 18h23
Je rejoins Supertaupe .J'ai mis 14h perso et j'ai vraiment vraiment trainer dedans .
Avec ce système d'aide dans les gun fight que j'ai trouver lourd. La fin bacler , l'immersion pas aussi prenante que les deux premier .
Je l'ai payé 15 euros donc je pense que j'ai pas trop a me plaindre
le jeu reste sympathique, mais déçu.

[Édité par KoOpa le 10/04/2013 à 18h24.]
utr_dragon

Rédacteur en Chef/Dieu
Nb msg : 2482
(#6) 10 avril 2013 à 19h32
Moi je rejoins totalement Link, Bioshock Infinite est vraiment un très bon jeu. Je trouve que les armes ont un meilleur feeling que dans les précédents opus. L'univers est riche et travaillé, les graphismes sont super. Pour la durée de vie, je peux difficilement juger, n'ayant pas fini le jeu, mais en tout cas en difficulté maximum et avec les aides désactivées, le jeu n'est pas facile.
No comment !
Héberger mes images en un clic

Commenter

Les commentaires sont fermés aux non membres. Pour poster un commentaire, créez un compte membre : c'est simple et gratuit !

Actu du même sujet

Jeu testé sur Xbox 360. La rédaction n'étant pas équipée pour la capture d'images sur console, les screens qui illustrent ce test sont des images fournies par l'éditeur.

Séries populaires de jeux FPS : Battlefield, Call of Duty, Doom, Duke Nukem, Far Cry, F.E.A.R., Ghost Recon, Half-Life, Hitman, Medal of Honor, Postal, Quake, Unreal, Vietcong, Wolfenstein. - Séries populaires de jeux TPS : Splinter cell, SOCOM, Metal Gear - Voir aussi : Crysis, S.T.A.L.K.E.R.: Shadow of Chernobyl, Prey, Left 4 dead, Killzone 2,Team Fortress 2
ZeDen.net © Copyright 2001-2010. Tous droits réservés. / 32 requêtes SQL en 0.0075 secondes.
Reproduction totale ou partielle interdite sans l'autorisation des auteurs. - Mentions Légales