Predator en approche !
Kingston, fabricant reconnu de RAM, vient de renouveler son offre haut de gamme de RAM. Joliment dénommée « Hyper X Predator », cette série regroupe de gros modules dotés de fréquences élevées, de timings bas, et ils embarquent le savoir-faire du constructeur. Le tout arbore un design qui ne peut laisser indifférent, avec un radiateur énorme et bleuté. L'objectif est clairement de séduire les gamers, surtout que le prix se veut maîtrisé. De quoi motiver un futur achat ? Réponse dans notre test !




Déballage

Kingston nous a fait parvenir un kit de 2 barrettes de 8 Go de RAM DDR3. Les barrettes sont placées dans un packaging très basique, en plastique dur habituel. Le dos de l'emballage est vierge de toutes information technique, elles se trouvent en fait directement sur le devant, sur une étiquette. L'emballage est donc très basique.


Recto et verso de l'emballage

Si on regarde les barrettes de plus près, on peut remarquer qu'en fait le dissipateur thermique est d'un seul tenant, comme sur d'autres barrettes. On a déjà vu des systèmes de refroidissement monolithiques notamment sur les Crucial Ballistix Elite, mais ils n'étaient pas aussi imposants, comme on peut voir sur les photos. Là, on vraiment affaire à une vraie plaque de blindage !


Les Kingston, et leur énorme radiateur

Passons à l'installation de ce kit dans notre configuration de test.

Installation

La configuration de test tourne sous Haswell, la dernière-née des plateformes Intel.
Comme ces barrettes font plus de 4 cm de haut — il faut avoir bien cela en tête — elles risquent de poser problème avec le radiateur du processeur. On utilise habituellement des ventirads au format tours bardés de heatpipes, comme le Noctua NH-D14, qui malheureusement condamne 1 ou 2 ports DDR3 selon son orientation. On va donc utiliser un ventirad étroit, pensé pour être compatible avec de nombreuses configurations de mémoire, à savoir un Scythe Ashura.

Protocole de test


Paramétrages

Lors des précédents benchs de RAM, on s'était plutôt concentrés sur la diminution des timings à la fréquence nominale de 800 MHz. Aujourd'hui, on va plutôt se focaliser sur la montée en fréquence, qui rapporte normalement un gain de performances plus important.

L'architecture introduite par Intel avec les processeurs Core abandonne la notion de Front Side Bus (FSB), pour celle de Base Clock (BCLK) pour tout ce qui concerne les fréquences. Le Core i7 4770K de test tourne à une fréquence de base de 3,5 GHz, obtenue avec un BCLK à 100 Mhz et un multiplicateur de 35. La RAM fonctionne dans ce cas avec le même BCLK de 100 Mhz, avec un multiplicateur de 13, soit 1333 MHz DDR.

Le SPD des Kingston
Pour atteindre les 2133 Mhz DDR de la fiche technique, il suffit d'activer le profil dénommé « XMP-2132 » contenu dans le SPD. Le BCLK reste alors à 100 Mhz mais le coefficient de la RAM passe automatiquement à 21,33. Cela signifie que la fréquence processeur n'est pas modifiée, comme cela pouvait être le cas sur d'autres architectures intel : on va donc pouvoir tester réellement l'impact de la fréquence de la RAM sur les performances du système. A noter que ces barrettes embarquent 2 profils : le premier à 2133 MHZ, tandis que le 2e se limite à 1600 Mhz seulement.

On va bien évidemment essayer aussi d'aller plus loin que les spécifications officielles de Kingston, en augmentant la tension d'alimentation des modules mémoire. On utilisera une valeur de 1,8 V, ce qui est assez élevé par rapport aux 1,5 V inclus dans le profil XMP, mais nécessaire pour espérer obtenir un gain. Dans notre cas, après divers essais, on a pu atteindre la valeur de 2400 MHz DDR, soit un multiplicateur de 24 ! Au vu de la taille des dissipateurs thermiques utilisés, le coup de chaud n'est pas à craindre pour autant !

Nos tests vont donc porter sur les performances obtenues selon ces 3 différentes fréquences :
  • Profil JEDEC de base : 666 MHz - 9-9-9-24 : aucun réglage spécifique dans le BIOS
  • Profil XMP : 1066 MHz - 11-12-11-30 : activation du profil XMP dans le BIOS
  • Overclock fréquences : 1200 MHz - 11-16-16-36 : activation du profil XMP dans le BIOS, augmentation du multiplicateur RAM à 24, tension à 1,8 V

Outillage utilisé

Une capture d'AIDA64 3.00
Pour tester les performances, on va d'abord s'intéresser au débit en lecture, écriture, et copie, ainsi qu'à la latence. On utilise pour ce faire le module de benchmark mémoire intégré à Aida64 3.00. On fait 3 passes successives pour chaque test et on ne garde que la moyenne des résultats. On va aussi regarder la bande passante théorique à l'aide de Sandra 2013, en faisant également 3 passes successives.

Pour les tests plus « monde réel », on va s’intéresser aux scores de Cinebench 11.5. Il s'agit d'un benchmark « real-world » de rendu graphique gourmand en CPU et qui est basé sur le logiciel Maxon Cinema 4D. Et bien sûr, on utilisera également LinX 0.64. Dernier venu dans les outils de benchs populaires, LinX est particulièrement utilisé pour tester la stabilité des systèmes overclockés. Il utilise un moteur de résolution de systèmes d'équations géants, lancé en boucle. Si les résultats ne sont pas toujours identiques, c'est qu'il y a une instabilité. Cela permettra de nous assurer que les 2400 MHz sont stables.

Résultats & Analyse

Le tableau ci-dessous synthétise les résultats obtenus dans les benchmarks théoriques :

Fréquence (MHz)Timings (clocks)Bande passante (Go/s)Lecture (Mo/s)Écriture (Mo/s)Copie (Mo/s)Latence (ns)
666 DDR 9-9-9-24 17,34 19873 20890 19160 64,1
1066 DDR 11-12-11-30 27,54 3208033376 31193 48,4
1200 DDR 11-16-16-3628,76 34316 37386 33140 48,5

Tout d'abord, la carte mère Gigabyte Sniper 5 de test s'est révélée être une alliée de choix pour jouer avec les différents paramètres de ces HyperX Predator. Fréquence, timings, voltages, tout est pratique, et tout est bien pensé. Si le PC ne boote plus, pour cause de réglages un peu trop poussés, il est très facile de rectifier le tir. Nul besoin de dire que cela s'est produit quelques fois, un test de RAM ayant, par définition, toujours une part de tâtonnement.

Détaillons maintenant un peu les résultats. Côté bande passante, on observe une augmentation du résultat à chaque fois que la fréquence se fait plus agressive. Le double channel permet donc ici d'obtenir des valeurs tournant autour de 27 Go/s, soit près de 50% de plus que ce qu'on observe habituellement sur les plateformes Z68 / Z77.

Les valeurs de débit de lecture/écriture/copie, relevés par Aida64, montrent des gains assez linéaires, ce qui vient conforter le point précédent. On notera tout de même que le passage à 2400 Mhz n'apporte qu'un gain relatif : cela est lié à l'augmentation des timings qui contrebalancent ce gain. Il faudrait réussir à les faire baisser pour que cette fréquence, prometteuse, livre tout son potentiel. En revanche, si on compare par rapport aux Z68/Z77, là encore on note un gain énorme de près de 50 % ! L'architecture Haswell est donc dotée d'un contrôleur mémoire vraiment performant.

C'est maintenant l'heure de voir si ces bons résultats se retrouvent dans la vie réelle. Le tableau ci-dessous synthétise les résultats obtenus dans les benchmarks plus pratiques :

Fréquence (MHz)Timings (clocks)CinebenchLinx
666 DDR 9-9-9-24 6,9550,54
1066 DDR 11-12-11-30 8,5956,40
1200 DDR 11-16-16-368,47 55,83

Linx nous a permis de nous assurer de la stabilité des paramètres employés. Avec une tension de 1,7V à 2400 MHz, Linx renvoyait rapidement une erreur. Une montée à 1,8 V a permis d'arranger la situation. On voit également que la situation aperçue avec les benchmarks synthétiques se confirme.

Les chiffres obtenus avec le profil XMP n° 1 — celui à 2133 Mhz — sont excellents, il faut donc bien penser à l'activer dans le BIOS pour tirer la substantifique moëlle de ce kit, car le gain par rapport à 1333 MHz est vraiment important. Quant à l'overcloking, on voit que le kit en a sous le pied. Dans notre cas, 2400 MHz est une grosse montée en fréquence — plus de 10%, malheureusement desservie par des timings trop peu agressifs par défaut. Il faudrait passer du temps pour faire de nombreuses tentatives en vue de baisser les timings, notamment le premier chiffre — le fameux CAS.

Il faut donc au final retenir que le kit fait très bien son boulot à 2133 MHz, et qu'il est capable, avec du temps à consacrer au « fine-tuning », d'aller encore au-delà !


Les Kingston à l’œuvre sur la plateforme Haswell

Pour aller plus loin

Pour mieux comprendre le fonctionnement de la RAM, notamment tout ce qui a trait aux timings et au SPD, n'hésitez pas à lire notre article intitulé "la RAM : on vous explique" !

Conclusion

Kingston peut être fier de ces HyperX Predator. En effet, ces modules sont très performants, avec une marge d'overclocking très confortable : plus de 270 Mhz sous le pied ! Même si le design ne plaira pas forcement, le prix, lui, mettra tout le monde d'accord. Pour 10 euros du Go, ce kit de 16 Go mérite de figurer dans n'importe quelle configuration, pour peu que le ventirad leur fasse un peu de place.

Produit recommandé par ZeDen


par Xpierrot Commenter
Partager

Héberger mes images en un clic

Commenter

Les commentaires sont fermés aux non membres. Pour poster un commentaire, créez un compte membre : c'est simple et gratuit !

Concours Silverstone : un mega-pack à gagner !

Actu du même sujet

Caractéristiques techniques

On trouve toutes les informations nécessaires sur le site du constructeur :
  • Référence : CKHX21C11T2K2/16X
  • DDR3-17066 / 2133 MHz
  • Timings : 11-11-11
  • Capacité : 2 x 8192 Mo
  • Tension : 1.6 V
  • Profils XMP intégrés
  • Garantie à vie

    Prix : 157,99 Euros chez notre partenaire materiel.net ou 129.89€ chez Amazon


Séries populaires de jeux FPS : Battlefield, Call of Duty, Doom, Duke Nukem, Far Cry, F.E.A.R., Ghost Recon, Half-Life, Hitman, Medal of Honor, Postal, Quake, Unreal, Vietcong, Wolfenstein. - Séries populaires de jeux TPS : Splinter cell, SOCOM, Metal Gear - Voir aussi : Crysis, S.T.A.L.K.E.R.: Shadow of Chernobyl, Prey, Left 4 dead, Killzone 2,Team Fortress 2
ZeDen.net © Copyright 2001-2010. Tous droits réservés. / 11 requêtes SQL en 0.0046 secondes.
Reproduction totale ou partielle interdite sans l'autorisation des auteurs. - Mentions Légales