Battlefield 4 : évolution sans révolution ?
Sorti en 2011, Battlefield 3 avait marqué la série Battlefield dans tous les sens du terme. Doté d'un nouveau moteur graphique, il poussait à son paroxysme la destruction des environnements tout en proposant des graphismes de haute volée. Mais le jeu a aussi marqué par la présence d'une campagne solo et de missions coopératives plutôt dispensables face à un mode multijoueurs complet et très travaillé.
Sorti tout juste deux ans plus tard, Battlefield 4 propose une expérience similaire à son aîné, tout en proposant quelques améliorations soutenues à grand renfort de marketing par l'éditeur du jeu, Electronic Arts. Le jeu va-t-il tenir ses promesses alléchantes ? Réponse dans notre test.


Une campagne made in China

La campagne se résumera souvent à suivre et écouter des bots
On l'a assez dit et répété, la campagne solo de Battlefield 3 était médiocre, Daenerys la qualifiant dans son test du jeu sur ZeDen de « benchmark minable ». DICE a pourtant prouvé par le passé, et notamment avec Battlefield : Bad Company, qu'il savait faire de bonnes campagnes. Malheureusement, celle de Battlefield 4 ne vaut pas mieux que celle du précédent opus... Mais posons d'abord les éléments de cette dernière : vous incarnez un certain Daniel Recker, soldat du corps des Marines de son état. Le jeu débute alors qu’une mission supposée être de routine tourne au vinaigre. Votre but était de récupérer des renseignements sur un éventuel coup d’état en Chine, mais manque de bol vous tombez dans un coupe gorge. Pendant ce temps, le reste du monde est en proie au chaos, la Chine est à feu et à sang, tandis que de son côté la Russie soutient l’Amiral Chang dans son coup d’État. Vous et tout ce qu’il reste de la flotte du Pacifique êtes piégés en Chine et devez tout mettre en œuvre pour éviter le déclenchement de la Troisième Guerre Mondiale. Voilà ce qui est du pitch, somme toute assez classique pour un jeu de ce type.

La mise en scène est soignée, mais les scripts grossiers
Pour le déroulement, il faudra compter sur une campagne à la Call of Duty, avec une mise en scène très hollywoodienne. Mais malheureusement, si COD s'en sort, l'imitation est plus dure et cette campagne vous entrainera dans une aventure qui peut se boucler en une après-midi. Pour notre part, nous avons mis six heures, mais c'est à cause d'un bug de script qui nous a obligés à recommencer la campagne du début alors que nous en étions déjà à la moitié. Un vrai calvaire. Car cette campagne, non content d'être essentiellement décorative, propose en sus de nombreux problèmes techniques, notamment des scripts défaillants qui ne se déclenchent pas au moment voulu, une IA alliée et ennemie largement perfectible, sans compter tous les problèmes techniques de crash, retours sur le bureau, etc. La campagne est une succession de couloirs/arènes où l'on doit vider les zones pour pouvoir progresser, le tout entrecoupé de cinématiques aux dialogues caricaturaux au possible. Les protagonistes du jeu ne sont pas charismatiques et ne gagnent pas en consistance au fil de la campagne qui se déroule sans grande passion comme un spectacle pyrotechnique.
Au final on se rend compte que les développeurs n'exploitent absolument pas le potentiel de gameplay offertes par des cartes ouvertes ni même leur moteur graphique. A titre d'exemple, on ne devra conduire que peu de véhicules, et parmi ceux-ci aucun aérien. Notons enfin que le mode coopératif anecdotique du précédent opus a disparu au profit du mode multijoueurs.

Comme toujours sauvé par le Multi

On retrouve le mode conquête et ses véhicules
Bien évidemment, c'est dans son aspect multijoueurs que Battlefield 4 retrouve tout son sens. Le jeu est identique à BF3 sur bien des niveaux, DICE n’a pris aucun risque et il n’y a pas d’innovations au niveau du gameplay, puisque le studio s’est contenté de proposer des améliorations à un ensemble déjà bien rodé. Les modes Conquest (conquête) et Rush (ruée) sont appréciés avec la possibilité de monter à 64 joueurs simultanément sur les serveurs. On retrouve également les modes de jeux classiques orienté sur l'infanterie, deathmatch par équipe (et sa variante par squad) et domination rejoints par les deux nouveaux modes Obliteration et Diffuse qui impliquent tous deux la pose de bombes. Les développeurs ont réalisé quelques optimisations mineures au niveau du gameplay, comme par exemple la possibilité de se pencher lorsque l'on est derrière une couverture. Ce lean est une très bonne idée bien exploitée et bien mise en œuvre.

Les 4 classes se choisissent et se modifient à l'écran de respawn
Comme pour le précédent opus, il y a très peu de niveaux multijoueurs et il faudra donc se contenter des 10 présents au lancement. Bien évidemment, les développeurs se sont retenus pour ensuite vendre des maps via des DLC, mais on regrette bien évidemment cette politique qui vise à vendre les jeux par tronçons pour maximiser leur rentabilité sur le long terme. La politique de contenus supplémentaires l'éditeur est d'ailleurs toute tracée pour les mois à venir et les deux premiers contenu supplémentaires apporteront 8 nouvelles maps (dont 4 sont des remakes de BF3)... Niveau classes, on retrouve les 4 de BF3 : la classe assaut fait office de médecin, la classe soutien est celle des bourrins, et les classes ingénieur et de l’éclaireur font office de réparateur de véhicules et campouze de base. Bien évidemment, chaque classe possède des particularités et gadgets en plus d’un arsenal et de spécialisations spécifiques. On retrouve ici le système d’expérience de BF3, c'est à dire un système de progression central pour le joueur couplé à une progression pour chaque classe et chaque véhicule. Si l'on ne joue qu'une seule classe ou qu'un seul véhicule, seules les améliorations qui leur seront associées seront débloquées. Les améliorations débloquées ne sont pas universelles et vous devrez à chaque fous re-débloquer les mêmes objets pour des armes différentes ce qui pousse à les utiliser au maximum.

La destruction des environnements est toujours fun
On regrette toujours que le système soit très inégalitaire avec les débutants qui arrivent en slip avec un couteau entre les dents alors que les vétérans pourront afficher des viseurs holographiques, poignées ergonomiques, chargeurs améliorés, etc. En attendant d'avoir une petite dizaine d'heures au compteur pour débloquer l'essentiel, il vous faudra souvent jouer à la Stalingrad, c'est à dire en récupérant le matériel des ennemis morts. Une des grandes nouveautés de ce Battlefield est l’apparition des « Battlepacks ». Ce sont des packs qui sont débloqués tous les deux niveaux d’expérience (Battlepack bronze) ou tous les dix niveaux (Battlepack or). Certains s’obtiennent aussi via le « Battlefield Premium » (un par semaine) ou lors d’événements spéciaux organisés par DICE. Une fois un Battlepack ouvert, il permet d’obtenir des améliorations d’armes groupées (viseurs, lasers, poignées, silencieux), mais aussi des camouflages et des bonus d’expérience. On regrette qu'il ne soit pas possible de bidouiller dans les menus d'amélioration des armes pendant le temps d'attente entre deux parties, alors que c'est justement à ce moment-là que l'on a du temps...

Un commandant en renfort des parties multi

Cet opus permet de retrouver avec plaisir le mode Commandant qui était absent depuis Battlefield 2. Ce dernier permet de rejoindre un serveur, non pas pour jouer directement, mais pour superviser les troupes au sol. Vous aurez donc une interface de commandement vous permettant de donner des ordres basiques pour l’assaut de points stratégiques. Le commandant peut également agir en soutien des unités engagées avec l'envoi de ravitaillement, de drones de reconnaissance, la désignation de cibles prioritaires, etc. On regrette bien évidemment que cette interface, taillée pour les consoles, ne soit pas vraiment intuitive une fois la souris en main. Il est par exemple impossible de sélectionner les unités à la manière d'un vrai jeu de stratégie en temps réel et c'est plutôt frustrant.


Le mode de commandement n'est pas déplaisant mais gagnerait à être optimisé pour la souris...


Une levolution mais pas de révolution

Levolution change la physionomie des maps (ici, l’inondation)
La (seule ?) nouveauté de cet opus est l'ajout d'une fonctionnalité appelée Levolution. En effet, si le niveau de destruction est analogue à celui de BF3, les cartes possèdent des structures destructibles qui vont créer une réaction en chaîne, métamorphosant complètement la physionomie du champ de bataille. Par exemple, sur la carte Flood Zone, à force de mitrailler un barrage, celui-ci vient à céder libérant une énorme quantité d’eau sur la carte. La zone devient alors inondée et les seuls moyens de la traverser restent la nage ou les différentes sortes de bateaux disponibles. Mais ce système est également appliqué à la météo et sur Paracel Storm, non loin des îlots où la bataille fait rage se trouve un bateau bloqué par une éolienne. Lorsque nous la détruisons, le navire part à la dérive et vient s’échouer sur la plage. Pendant ce temps, le ciel se noircit. Les belles plages perdent leur couleur : une tempête se prépare. Des vents violents balayent le sable. Le ciel couvert et les trombes d’eau diminuent la visibilité et il devient un peu moins aisé de repérer les cibles tout comme les vagues de plusieurs mètres de haut réduisent la visibilité des navires de guerre.

Niveau expérience, c'est frénétique, on est bien dans un BF
Au final les parties sont nerveuses, extrêmement dynamiques, explosives, spectaculaires et jouissives. Les cartes sont peu nombreuses mais en règle générale bien conçues et avec un gameplay qui se renouvelle relativement bien. Le titre favorise le jeu en équipe et il est assez bien équilibré. Il y a néanmoins par moment un petit sentiment de frustration qui peut ressortir. En effet, les armes sont puissantes, on meurt vite sous le feu des balles et on n’a pas toujours l’occasion de riposter lorsque l’on se fait surprendre. C’est pourquoi partir seul sans coordination est suicidaire et inutile. Cela rend le jeu en escouade primordial et là les combats deviennent de petites merveilles à savourer sans modération.

Frostbite 3 pour vous servir

Le moteur est toujours au top
Battlefield 4 utilise le moteur graphique maison, le Frostbite Engine 3. Celui-ci n'est qu'une nouvelle version du précédent opus dont les changements doivent se compter sur les doigts d'une main, mais certainement pas nécessiter un changement de numéro. Donc, ce changement est uniquement marketing, mais le moteur tient quand même ses promesses avec de somptueux graphismes à l'écran affichés sur des niveaux de grande taille. Les environnements que nous sommes amenés à croiser sont d’excellente facture. Les décors sont bien détaillés et finement réalisés, les textures sont elles aussi réussies et les jeux de lumières joliment orchestrés qui saturent un poil par moment, sont toujours de la partie. On ne revient pas sur la destruction des environnements, qui est toujours aussi plaisante même si elle est à géométrie variable, certaines structures étant indestructibles. On apprécie également les effets liés à cette destruction : poussière, fumée, flammes, particules, etc. Bref, visuellement c’est un sans-faute, même si le jeu est très édulcoré et ne proposent ni sang ni démembrements, ce qui aurait pourtant accru le réalisme.

Depuis la sortie du jeu, les choses tendent à s'améliorer, mais force est de constater que l'on retrouve exactement les mêmes problèmes que lors du lancement de BF3, comme si les développeurs n'avaient absolument rien appris de leurs erreurs passées. Les déconnexions sont nombreuses et pénibles et l'on notera surtout des problèmes de réseau qui pénalisent en général les joueurs avec une bonne connexion. Étant équipé de la fibre optique, j'ai particulièrement souffert du « Network Smoothing » qui fait que l'on peut se faire tuer par un joueur qui nous voit à l'extérieur d'un bâtiment alors qu'on y est rentré depuis quelques secondes et que l'on devrait donc être parfaitement invisible.

Battlefield Good Symphony

Impossible de le présenter en image, mais l'ambiance sonore est une réussite
Battlefield 4, tout comme BF3, est doté d'une bande-son de qualité. Les doublages sont globalement réussis, aussi bien en français qu’en anglais. Mais ce que l’on retiendra avant tout dans la réalisation du titre ce sont les effets sonores qui font dans le très haut de gamme. Le rendu acoustique est une pure merveille. Chaque arme et chaque véhicule bénéficient de bruitages extrêmement convaincants. Les explosions, les tirs de roquettes, d’obus, de balles claquent avec une justesse inouïe. C’est orgasmique, cela envoi du très très lourd, ce qui augmente d’autant plus notre l'immersion. En plein milieu de parties à 64 joueurs, on a vraiment l'impression de se retrouver sur un champ de bataille, entre avions, chars, missiles, tirs alliés et ennemis, bâtiments qui partent en fumée, etc.

Battlelog m'a tuer

Battlelog est toujours un calvaire et son intégration à Origin est toujours ratée
Difficile de ne pas mentionner cette infâme Battlelog quand on évoque le jeu. En effet, il est indispensable pour lancer une session du titre que cela soit en solo ou en multi. Concrètement, vous ne pouvez pas débuter une partie sans lancer votre navigateur web. Alors remplacer un server browser intégré au jeu par cette grosse merde, c’est d’une débilité sans nom. Si vous voulez rejoindre une partie, il faut lancer battlelog ; si vous voulez changer de serveur, il faut éteindre Battlefield et repasser par le navigateur et relancer le jeu. Ingénieux il n'y a pas à dire. Surtout que cela bouffe une quantité de ressources processeur non négligeable. L'interface de Battlelog a été un peu revue, mais elle est toujours extrêmement fastidieuse et chaque action demande de rechercher quelques secondes tant c'est peu intuitif. De plus, Battlelog est toujours séparé d'Origin, et l'intégration du jeu à la plateforme de l'éditeur est plus que douteuse, avec les listes d'amis mal fusionnées, l'impossibilité de faire des chats à plusieurs, etc.

Conclusion

Doté d'une campagne solo courte et inintéressante, Battlefield 4 sauve bien évidemment son mode multijoueurs du naufrage, malgré quelques gros défauts de jeunesse, et en particulier pléthore de problèmes techniques. Après un BF3 qui marquait un tournant, la licence est entrée en phase de croisière, ce qui n'est pas sans nous inquiéter pour le futur. En effet, le véritable ennemi de la franchise, c'est elle-même et les développeurs ont intérêt à faire évoluer le jeu de base, s'ils ne veulent pas lasser leur communauté. On apprécie le retour du mode Commandant et le système de changement dynamique du champ de bataille, mais force est de constater que tout cela tient plus de la mise à jour, même si Battlefield 4 risque de vous occuper un nombre d’heures important avec tous ses éléments à débloquer, ses grades à monter et les parties souvent frénétiques.

Requiert une configuration hardware récente


par utr_dragon 17 commentaires, dernier par Daenerys
Partager

Commentaires

Daenerys

Vidéo Gonzo
Nb msg : 232
(#1) 28 novembre 2013 à 09h28
Bon test, il faut dire que tu partais d'une bonne base
Seventhwave

Râleur
Nb msg : 873
(#2) 28 novembre 2013 à 09h51
Je dois être à une quarantaine d'heures et je suis globalement d'accord : campagne solo à chier (hormis le côté visuel, sonore, etc.), multi jouissif, réalisation époustouflante mais bourrée de bugs. La tangente "codèsque" est engagée : la série prend la même tournure que Call of Duty et risque de faire chier tout le monde.

Le seul point de divergence est Battlelog. Je n'ai jamais compris en quoi c'était un souci (surtout après plus de 400 heures de BF3) : on peut rejoindre ses collègues, créer ses groupes, personnaliser les armes, le perso, etc. Oui, ça bouffe de la RAM, mais c'est bien moins problématique qu'à la sortie de BF2 en 2005, où le jeu a surpris tout le monde quand 1 Go n'étaient pas suffisants pour le faire tourner correctement.
Les FPS, c'est de la merde.
Daenerys

Vidéo Gonzo
Nb msg : 232
(#3) 28 novembre 2013 à 10h32
C'est une grosse merde tout simplement parce que c'est obligatoire. Cela serait un plus, pour ceux qui ont envie de voir les stats et autre car c'est pas mal complet sur certains points.

Mais là on t'impose un logiciel supplémentaire (en plus d'origin) pour lancer une partie, et cela n'a rien d'ergonomique. Mais alors pas du tout, putain mais quel bonheur d'éteindre le jeu pour juste changer de serveur.... Si tout les fps sortis depuis 99 n'ont pas utilisés cette technique pourrie, c'est sûrement qu'il y avait une raison.

Cette année c'est pire, car EA avait communiqué sur le fait que ce n'était plus obligatoire. Et c'est faux : double blâme.

Après, on s'y fait c'est sûr : contraint et forcé. Alors que tout le monde serait content si c'était optionnel.
Seventhwave

Râleur
Nb msg : 873
(#4) 28 novembre 2013 à 10h48
Non, je ne suis pas d'accord, ce n'est pas une grosse merde. Tu parles d'imposer un logiciel en plus d'origin : tu ne dois plus jouer à grand chose alors, parce qu'entre Steam, Uplay, sans compter le PSN, le XB Live... et j'en passe, les alternatives sont minces. Je dis ça, je dis rien.

PS: en quelle résolution et avec quels réglages avez-vous pris les screens du jeu ? ils sont affreux, on dirait presque du BF2 ! C'est paradoxal de faire l'éloge de la réalisation en présentant des captures aussi laides.
[Édité par Seventhwave le 28/11/2013 à 10h50.]
Les FPS, c'est de la merde.
Daenerys

Vidéo Gonzo
Nb msg : 232
(#5) 28 novembre 2013 à 10h51
C'est une grosse merde d'ergonomie si tu préfères.
Seventhwave

Râleur
Nb msg : 873
(#6) 28 novembre 2013 à 11h12
OK. Mais je ne suis pas d'accord non plus.
Les FPS, c'est de la merde.
Xpierrot

Responsable Hardware de Zeden
Nb msg : 1496
(#7) 28 novembre 2013 à 12h13
Moi j'ai rencontré des problèmes lors de l'install.

Origin -> telechargement du jeu, là pas de souci
Installation, pas de souci
Lancement du jeu -> ouverture de battlelog dans le browser
Cliquer pour lancer une partie -> installation du plugin de navigateur...
Qui me dit que Origin n'est pas installé.

2H de lutte pour faire marcher le jeu. J'ai du réinstaller origin et utiliser IE... après avoir écumé les forums.

Je suis pas contre battlelog, je suis contre l'intégration technique qui est minable.

D'aileurs, a noter qu'il existe une extension qui s'appelle Better Battle log et qui rajoute qq features sympa.
Marchez doucement car vous marchez sur mes rêves
utr_dragon

Rédacteur en Chef/Dieu
Nb msg : 2482
(#8) 28 novembre 2013 à 12h23
Le problème, c'est que Battlelog n'est pas intégré à Origin. Si on n'avait que Origin, comme on a que Steam, on se plaindrait moins. Surtout que comme le rappelait Pierrot, il ne fait pas que lancer via navigateur, il demande l'installation d'un plugin pour le navigateur.

Pour les screens, ceux du multi sont pris tout au minimum (pour gagner en nombre de FPS, essentiellement, mais également éviter les effets superflus qui font mal aux yeux). Ceux du solo tout au maximum.
No comment !
Xpierrot

Responsable Hardware de Zeden
Nb msg : 1496
(#9) 28 novembre 2013 à 17h28
Je me demande comment ca se passe sur console. Il y a aussi battlelog dans un browser ?
Marchez doucement car vous marchez sur mes rêves
Zork

Webmaster
Nb msg : 1845
(#10) 28 novembre 2013 à 18h03
Il semble y avoir un gros contraste entre le Wow du multijoueur in-game et le solo et le battlelog. Dommage qu'il n'y ait pas un niveau de finition égale sur le projet. Clairement, la plateforme Origin possède encore des gros problèmes de jeunesse.
Webmaster et fanboy id Software.
utr_dragon

Rédacteur en Chef/Dieu
Nb msg : 2482
(#11) 28 novembre 2013 à 22h41
Sur consoles, pas de Battlelog et pas d'Origin, un jeu normal en somme...
No comment !
Zork

Webmaster
Nb msg : 1845
(#12) 28 novembre 2013 à 22h53
Ça démontre à quel point ils ne se préoccupent plus tant que ça de la version PC, d'une certaine façon. Ou alors au contraire est-ce que l'existence d'Origin / Battlelog sont la représentation maladroite et malhabile de leur préoccupation pour cette plateforme ?
Webmaster et fanboy id Software.
Seventhwave

Râleur
Nb msg : 873
(#13) 29 novembre 2013 à 08h45
Le jeu est bradé à 35€ sur Origin, "grâce" au Black Friday. Une baisse de prix pareille pour un jeu récent, c'est assez rare pour être souligné.
Les FPS, c'est de la merde.
Zork

Webmaster
Nb msg : 1845
(#14) 29 novembre 2013 à 16h54
En effet. :-)
Webmaster et fanboy id Software.
Grounch

Gros Membre
Nb msg : 1068
(#15) 30 novembre 2013 à 17h07
Pas grand chose à redire sur cet opus, sauf peut être le mode commandant désastreux... L'interface sur BF2 était si simple et intuitive, fallait forcément tout changer pour sortir un truc aussi pourrave.
Impossible de marquer manuellement les ennemis repérés, le drone dure 5sec à peine, sans parler du système d'ordres pour les équipes. Peut être qu'il faut s'y habituer, mais ça donne fanchement pas envie.. Le missile qu'on voit arriver c'est pas mal par contre.
Xpierrot

Responsable Hardware de Zeden
Nb msg : 1496
(#16) 01 décembre 2013 à 10h51
Le nombre d'armes et d'item parait bien plus conséquent que dans BF3.. heureusement qu'il y a les stats symthic pour optimiser ca (http://symthic.com/)
Marchez doucement car vous marchez sur mes rêves
Daenerys

Vidéo Gonzo
Nb msg : 232
(#17) 02 décembre 2013 à 11h38
Au niveau du nombre des armes, je pense que c'est assez similaire à bf3 dans sa version premium. Les items y'en a un peu plus. Mais ya de quoi faire c'est sûr. Les ranger en catégorie ce n'est pas plus mal pour les débloquer.
Héberger mes images en un clic

Commenter

Les commentaires sont fermés aux non membres. Pour poster un commentaire, créez un compte membre : c'est simple et gratuit !


Séries populaires de jeux FPS : Battlefield, Call of Duty, Doom, Duke Nukem, Far Cry, F.E.A.R., Ghost Recon, Half-Life, Hitman, Medal of Honor, Postal, Quake, Unreal, Vietcong, Wolfenstein. - Séries populaires de jeux TPS : Splinter cell, SOCOM, Metal Gear - Voir aussi : Crysis, S.T.A.L.K.E.R.: Shadow of Chernobyl, Prey, Left 4 dead, Killzone 2,Team Fortress 2
ZeDen.net © Copyright 2001-2010. Tous droits réservés. / 65 requêtes SQL en 0.0067 secondes.
Reproduction totale ou partielle interdite sans l'autorisation des auteurs. - Mentions Légales