Un réveil difficile et un cauchemar qui commence

Des débuts trompeurs
Prey, c'est l'histoire d'une réalité alternative où les Russes et les Américains ont poussé beaucoup plus loin la conquête spatiale. Ils ont même capturé des aliens craboïdes, nommés Typhons, et mené sur eux des expériences dans le plus grand secret, afin de développer de nouvelles technologies. Ce sont ces recherches qui ont permis à la société Transtar d'élaborer sur la station Talos I des neuromods, une sorte d'implants qui permet de modifier des connexions neuronales pour acquérir des capacités surhumaines ou extraterrestres.

Votre frère, Alex
En 2035, la station est dirigée de fait par Alex Yu et le jeu débute sur Terre par une journée d'entraînement pour Morgan Yu  – son frère ou sa sœur, le sexe du personnage étant laissé à votre choix. Apriori, vous êtes sur Terre et vous passez des tests bizarres en vue de votre voyage vers Talos.

Mais ça, c'est ce que vous croyez, car très rapidement tout bascule. Un typhon saute sur la tête d'un scientifique et... paf ! Vous vous réveillez d'un coup sur Talos, au sein d'une station spatiale où les Typhons ont massacré presque tous les habitants. Pour un peu, on se croirait dans Dead Space. Encore que l'ambiance à bord de Talos soit moins horrifique. Il y a des morts partout, mais il faut admettre que les Typhons sont plus agaçants qu'effrayants.


Une station spatiale à l'inspiration steampunk évidente

Une simulation immersive

Le cadre narratif étant posé, attardons-nous sur le gameplay et le level design. Tout d'abord, Prey appartient à ces FPS qui empruntent certaines caractéristiques aux jeux d'aventure, aux RPG et aux « Metroidvania ».

Quelques choix moraux modifient l'épilogue
Plus concrètement, le monde dans lequel vous évoluez est ouvert. L'histoire permet de débloquer les portes au fur et à mesure de votre progression, mais il y a des chemins alternatifs pour arriver à ses fins, et il y a également des quêtes annexes que vous pouvez effectuer librement, en revenant sur vos pas. L'ensemble de vos choix ayant une incidence sur la conclusion de votre aventure.

La filiation spirituelle avec la licence System Shock est évidente. L'exploration est une composante importante du jeu, soit pour chercher différentes façons de progresser dans un niveau, soit pour en découvrir un peu sur l'univers au travers d'audiologs, soit pour réaliser une quête particulière qui permettra de débloquer un trophée.


Pirater des verrous ou passer par l'extérieur de la station peut débloquer de nouvelles voies

Page précédente Page précédente - Introduction Page suivante - Nos impressions sur le gameplay Page suivante
par aigle_1 2 commentaires, dernier par aigle_1
Partager

Commentaires

utr_dragon

Rédacteur en Chef/Dieu
Nb msg : 2481
(#1) 21 mai 2017 à 10h10
Le pistolet à glue et une vraie bonne idée de gameplay comme on en avait pas vu depuis HL2 et son Gravity gun.
[Édité par utr_dragon le 20/12/2018 à 22h13.]
No comment !
aigle_1

Rédacteur senior
Nb msg : 53
(#2) 26 mai 2017 à 09h39
La saga Resistance proposait des petoires assez sympa en son temps. Mais le canon glue c est qqchose 😀
Héberger mes images en un clic

Commenter

Les commentaires sont fermés aux non membres. Pour poster un commentaire, créez un compte membre : c'est simple et gratuit !

Actu du même sujet

Test réalisé sur une PS4 Pro connectée à une télévision full HD.
Le jeu a été fourni gracieusement par l'éditeur à des fins d'évaluation.

Séries populaires de jeux FPS : Battlefield, Call of Duty, Doom, Duke Nukem, Far Cry, F.E.A.R., Ghost Recon, Half-Life, Hitman, Medal of Honor, Postal, Quake, Unreal, Vietcong, Wolfenstein. - Séries populaires de jeux TPS : Splinter cell, SOCOM, Metal Gear - Voir aussi : Crysis, S.T.A.L.K.E.R.: Shadow of Chernobyl, Prey, Left 4 dead, Killzone 2,Team Fortress 2
ZeDen.net © Copyright 2001-2010. Tous droits réservés. / 20 requêtes SQL en 0.0039 secondes.
Reproduction totale ou partielle interdite sans l'autorisation des auteurs. - Mentions Légales