Un gameplay old school

Un arsenal pas fou-fou
Les premières heures passées sur ce jeu sont un peu frustrantes. Parce qu'au tout début du jeu, vous n'êtes qu'un petit scientifique paumé, seulement équipé d'une lourde clé à molette, d'un pistolet 9mm et d'un canon GLUE. Bref, pas de quoi effrayer certains ennemis qui vous feront bien mal et qu'il est parfois préférable d'éviter.

Si vous avez précommandé le jeu, vous aurez la chance de trouver très rapidement un fusil à pompe qui vous aidera bien. Sinon vous en trouverez un autre un peu plus loin.

Le canon GLUE est juste énorme
Mais attardons-nous un peu sur le canon GLUE, que nous avons évoqué juste avant. Car, ce canon GLUE, c'est juste la meilleure idée de gameplay introduite par Prey. L'engin ne paie pas de mine, mais il permet de figer temporairement des ennemis et de leur taper sur le coin du museau. Mieux, il permet de fixer des boules au mur et de créer ainsi des chemins alternatifs pour accéder à une corniche, par exemple. Trop génial donc.

Cela mis à part, ce n'est que vers le milieu de l'aventure que vous trouverez d'autres armes et compétences. On pense à l'espèce de canon laser très consommateur en termes de munitions, mais très redoutable face aux gros ennemis.


Les neuromods permettent d'améliorer son personnage ou d'acquérir de nouveaux pouvoirs

On pense surtout aux neuromods qui permettent de débloquer des pouvoirs spéciaux sur un arbre de compétences. Ces pouvoirs sont de deux types :
  • ceux d'origine humaine permettent d'améliorer des capacités naturelles, l'endurance, la force, l'utilisation des armes ou le piratage de terminaux par exemple ;
  • ceux d'origine typhon permettent d'acquérir des pouvoirs extraterrestres, comme la manipulation du feu et de l'électricité, d'objets à distance, ou le camouflage. L'utilisation de ces pouvoirs requiert du mana, ici appelée « psy ».
D'une manière générale, on note également que le jeu revient à des mécaniques pré-Call of Duty. Comprenez par là que vous avez une barre de vie à gérer, un bouclier, une barre de pouvoirs psy ainsi qu'un inventaire relativement restreint.

Le craft est également une composante essentielle, dans la mesure où il faut transformer les encombrants en matériaux de base pour ensuite fabriquer des munitions, des armes ou des kits de soin. Pour cela, vous devez vous rendre à des bornes appropriées.

Sachez que les munitions sont rares et qu'il est judicieux d'aborder les combats avec intelligence, soit en les évitant, soit en créant des embuscades à l'aide de grenades et de tourelles. En parlant de tourelles, ne les négligez surtout pas, car elles font beaucoup de dégâts aux typhons, elles créent ou profitent d'une diversion, et ne consomment que peu de ressources.


Un inventaire limité et un système de craft au cœur du gameplay

Même pas peur

Un mimic de base
Quelques mots à présent sur les Typhons, les ennemis que vous allez affronter tout au long de Prey. Le bestiaire comporte une dizaine d'ennemis. Tout d'abord, il y a le mimic  –  qui est peut-être l'ennemi le plus faible, mais aussi le plus intéressant. Parce qu'il peut se cacher comme un objet du décor et parce qu'il est petit et vif, sautant un peu partout. Bref, on le perd de vue et on bouge la caméra dans tous les sens pour s'en débarrasser. Sympa.

Un fantôme
Vous croiserez également des fantômes. D'une certaine façon, ceux-ci sont une réappropriation d'un cadavre humain par des typhons. Ces ennemis humanoïdes peuvent être dotés de capacités télékinétiques, pyrotechniques ou électrostatiques.

Il y a aussi le poltergeist invisible qui rampe au sol, vous balance en l'air et qu'on s'acharne à bousiller avec la clé à molette.

Le psychopathe peut contrôler des humains
On peut également tomber nez à nez avec deux grosses boules munies de tentacules. L'une prend le contrôle des humains, l'autre des systèmes informatiques : les tourelles, les robots de soin, etc. Et les machines corrompues qui vous assistaient peuvent alors chercher à vous tuer.

Il y a enfin le « cauchemar », variante gigantesque d'un fantôme susceptible de « popper » n'importe où et n'importe quand. Très puissant, très peu sensible aux dégâts, il est préférable de se cacher et de l'éviter pendant quelques minutes  – histoire de le laisser disparaître à la fin d'un chrono.

D'une manière générale, on ne peut pas dire que les ennemis font peur. Au début, on manque de puissance et on peut mourir lamentablement  –  ce qui peut agacer, j'en conviens. Mais l'ambiance et le stress ne sont pas du tout les mêmes que sur un survival horror.

Bien sûr, la courbe de progression facilitera le boulot face aux monstres dans la deuxième moitié du jeu. Mais c'est sans compter sur l'imagination démoniaque des développeurs qui introduisent une nouvelle mécanique : la réapparition des ennemis jusqu'à plus soif  –  ce qui vous obligera alors à éviter les combats pour ne pas perdre bêtement des munitions.

Des temps de chargement laborieux
Néanmoins, il est regrettable que la dernière partie du jeu soit littéralement plombée par des temps de chargement interminables, à chaque fois que vous changez de zone. Ce qui arrive très souvent pendant les dernières heures du jeu, soit dans le déroulement normal de l'histoire, soit parce que vous partez ici ou là pour compléter une quête annexe.

Notez quand même qu'il m'a fallu à peu près trente heures avant de voir s'afficher les crédits de fin. En fouillant un peu, en réalisant la plupart des quêtes annexes et en évitant de tuer les gentils. Pour un FPS solo, ce n'est pas vilain.
Page précédente Page précédente - Une simulation immersive dans l'espace Page suivante - Conclusion Page suivante
par aigle_1 2 commentaires, dernier par aigle_1
Partager

Commentaires

utr_dragon

Rédacteur en Chef/Dieu
Nb msg : 2481
(#1) 21 mai 2017 à 10h10
Le pistolet à glue et une vraie bonne idée de gameplay comme on en avait pas vu depuis HL2 et son Gravity gun.
[Édité par utr_dragon le 20/12/2018 à 22h13.]
No comment !
aigle_1

Rédacteur senior
Nb msg : 53
(#2) 26 mai 2017 à 09h39
La saga Resistance proposait des petoires assez sympa en son temps. Mais le canon glue c est qqchose 😀
Héberger mes images en un clic

Commenter

Les commentaires sont fermés aux non membres. Pour poster un commentaire, créez un compte membre : c'est simple et gratuit !

Actu du même sujet

Test réalisé sur une PS4 Pro connectée à une télévision full HD.
Le jeu a été fourni gracieusement par l'éditeur à des fins d'évaluation.

Séries populaires de jeux FPS : Battlefield, Call of Duty, Doom, Duke Nukem, Far Cry, F.E.A.R., Ghost Recon, Half-Life, Hitman, Medal of Honor, Postal, Quake, Unreal, Vietcong, Wolfenstein. - Séries populaires de jeux TPS : Splinter cell, SOCOM, Metal Gear - Voir aussi : Crysis, S.T.A.L.K.E.R.: Shadow of Chernobyl, Prey, Left 4 dead, Killzone 2,Team Fortress 2
ZeDen.net © Copyright 2001-2010. Tous droits réservés. / 18 requêtes SQL en 0.0056 secondes.
Reproduction totale ou partielle interdite sans l'autorisation des auteurs. - Mentions Légales