Quoi de neuf dans ce DLC ?
Pour ce test, nous mettons volontairement de côté tous les patchs qui ont modifié différents équilibrages, ces ajustements étant accessibles à tous. L'idée n'est pas de renier ni de dénier ces modifications, mais plutôt de nous focaliser sur le contenu ajouté par la première extension payante – autrement dit, de savoir si celle-ci justifie un investissement pécuniaire de la part du joueur.

Raspoutine, Ana Brey & la Ruche

Ana nous introduit au centre Clovis Brey
En premier lieu, on va s'intéresser à la campagne rajoutée par ce premier DLC. Et d'abord quelques mots sur son histoire, logiquement centrée sur Raspoutine, l'esprit tutélaire dont nous avions déjà croisé le chemin sur Destiny et plusieurs de ses extensions.

Ici, Raspoutine semble s'être réactivé dans l'un des anciens centres de recherche de Clovis Brey, près d'un pôle de Mars. La calotte fond et dévoile des lieux oubliés, ainsi qu'une secte de la Ruche, apparemment désireuse de détruire l'Esprit Tutélaire et son puissant arsenal, ou d'en prendre le contrôle.

Sur place, vous rencontrerez un nouvel allié en la personne d'Ana Brey, célèbre chasseuse et unique descendante connue de la dynastie qui a fondé l'entreprise homonyne. Accessoirement, c'est aussi la seule gardienne qui semble désireuse de recouvrer des souvenirs antérieurs à sa première résurrection.


En plus de Raspoutine, ce DLC introduit Ana Brey et des éléments de la Ruche

Contrairement à la première extension, ce nouvel arc narratif est plus ambitieux. Il s'intéresse à des thèmes divers et évoque explicitement ou implicitement différents éléments du lore, introduisant plusieurs alliés et ennemis déjà mentionnés dans le Grimoire. Le problème, c'est que la campagne est courte et que ces références s'enchaînent à un rythme assez soutenu – au risque de perdre bon nombre de joueurs.

Pour le dire autrement et peut-être plus clairement, ce DLC est clairement destiné aux fans de la première heure, ceux qui ont saigné le premier volet sur des centaines d'heures et qui connaissent par cœur leur grimoire, le passé de l'entreprise Clovis Brey et les légendes de la Ruche. C'est vrai sur le plan narratif, mais on verra que cela concerne aussi d'autres aspects du jeu

Fly to the Mars

Une nouvelle carte assez vaste
Nous voilà donc embarqués pour une nouvelle aventure sur Mars. A cette fin, une nouvelle zone nous est ouverte, et elle est bien plus vaste et intéressante que ne pouvait l'être Mercure. Histoire de donner une petite estimation, j'ai eu le sentiment d'avoir une aire à peu près équivalente à celle proposée sur Titan, avec plus de variété. Il y a d'un côté les bâtiments du centre de recherche, mais il y a aussi un embranchement de cavernes en dessous ou à proximité. Pour les lieux, c'est plus intéressant, mais qu'en est-il de la durée de l'histoire ?

La campagne est articulée autour d'une demi-dizaine de missions. Mais, bien sûr, il y a aussi 4 missions annexes qui rallongent la sauce sans trop se casser la tête sur l'histoire. Ces missions annexes sont à l'image des aventures mercuriennes du DLC 1 et ont pour nom les aventures martiennes. De la même façon, elles sont également déclinées sur un mode de difficulté épique. Pour un premier run et sans se presser, on fait le tour de l'ensemble en 2h30 à 3h.


Comptez entre 2h30 et 3h pour faire le tour des missions scénarisées et des aventures mercuriennes

Alors, certes, on appréciera un recyclage moins insistant de zones déjà parcourues sur le jeu de base et on appréciera encore plus l'absence de la Forêt Infinie  –  qui est vraiment un lieu à oublier ! Toutefois, on ne va pas se mentir, c'est quand même très bref et peut-être plus encore que sur les premières extensions de Destiny 1.

En termes de gameplay, les nouveautés sont un peu chiches. On citera des déclinaisons gelées de certains ennemis de la Ruche, parfois simplement visuel comme pour les esclaves, parfois un peu plus profondes, comme les serviteurs munis de snipers ou les chevaliers avec leur bouclier. On citera aussi le javelot surpuissant offert occasionnellement par Raspoutine et qui évoque un peu la hache des Seigneurs de Fer.


Quelques ennemis supplémentaires et un javelot surpuissant apportent un peu de nouveauté

Fort heureusement, le contenu de cette extension ne se limite à la seule campagne ajoutée. Il y a quand même pas mal de choses à faire sur Mars ainsi que du contenu high level.

Exploration martienne

Il faudra fouiller pour le mériter
Si Mercure était une destination minuscule et assez vide, on ne pourra pas en dire autant de Mars qui fourmille de petites et de grandes choses à faire.

On évoquera d'abord les caches de mémoires latentes, petites sphères colorées à découvrir et à exploser. Cette traque rappelle un peu ce que l'on avait connu sur Destiny avec les spectres cachés ou les fragments calcinés. Cela fait vraiment du bien de retrouver des petits secrets habilement dissimulés.

Ces coffres vont vous faire courir ici et là
Il y a aussi les 40 petits coffres dissimulés ici et là, et qu'on appelle « modules ». Leur ouverture nécessite des brins de résonance que l'on collecte en remplissant des contrats ou des évènements publics. Sachant que les clés que l'on crée sont spécifiques à un seul coffre et qu'il faut suivre les indices donnés et une petite musique pour obtenir son loot. Autant dire que vous n'avez pas fini les allers-retours d'une région à l'autre.

Les nouveaux assauts

Ils sont au nombre de trois, sachant que sur ces trois assauts, il n'y en a qu'un seul qui repose sur du matériel inédit et spécifique. Il y a aussi un autre petit bémol : cet assaut inédit est exclusif à la plateforme PlayStation 4 (PS4).

Sinon les deux autres assauts sont des missions de la campagne dont on a ajusté la difficulté –  dans le lexique de Destiny, cela signifie qu'on a simplement joué sur le nombre de mobs et qu'on en a fait des sacs à PV qui cognent plus forts et qui prennent moins de dégâts.

C'est en fait le même procédé qui a été employé sur la Malédiction d'Osiris et qui nous avait déjà déplu. Ceci dit, si on met de côté le caractère bassement opportuniste de la manœuvre, on constate que ces assauts fonctionnent bien, avec des affrontements de boss qui ne sont pas dénués d'intérêt.


Le recyclage est toujours de mise pour les assauts

Les nouvelles cartes PvP

Avec cette extension, Bungie adopte une nouvelle stratégie pour le contenu PvP. En effet, toutes les cartes seront désormais disponibles pour tous les joueurs en partie rapide, en mode compétitif, en bannière de fer et en jugement. En fait, la seule restriction pour les joueurs n'ayant pas acquis les DLC, c'est qu'ils ne pourront pas lancer les cartes correspondantes en parties privées. Sinon, pour tous les matchmakings avec des randoms, tout le monde pourra accéder librement à toutes les cartes.

Difficile de dire si cette stratégie découle d'une soudaine générosité ou d'une baisse de fréquentation du PvP, mais je penche quand même pour la deuxième explication.
Page précédente Page précédente - Introduction Page suivante - La progression et le contenu <em>end game</em> Page suivante
par aigle_1 Commenter
Partager

Héberger mes images en un clic

Commenter

Les commentaires sont fermés aux non membres. Pour poster un commentaire, créez un compte membre : c'est simple et gratuit !


Séries populaires de jeux FPS : Battlefield, Call of Duty, Doom, Duke Nukem, Far Cry, F.E.A.R., Ghost Recon, Half-Life, Hitman, Medal of Honor, Postal, Quake, Unreal, Vietcong, Wolfenstein. - Séries populaires de jeux TPS : Splinter cell, SOCOM, Metal Gear - Voir aussi : Crysis, S.T.A.L.K.E.R.: Shadow of Chernobyl, Prey, Left 4 dead, Killzone 2,Team Fortress 2
ZeDen.net © Copyright 2001-2010. Tous droits réservés. / 14 requêtes SQL en 0.0058 secondes.
Reproduction totale ou partielle interdite sans l'autorisation des auteurs. - Mentions Légales